secret-of-mana-snes

Secret of Mana : les jeu Super Nintendo

Ce jeu vidéo de genre Action RPG édité par l’entreprise japonaise Squaresoft est sorti en 1994. Du point de vue graphique et musical, ce jeu de rôle est impeccable. Mais en revanche, malgré son succès critique à l’époque, on lui retrouve quelques bémols qui l’empêchent d’accéder au statut d’un véritable jeu culte.

Présentation de Secret of Mana

Il est le second opus de la série Seiken Densetsu sur Super Nintendo. L’histoire commence après la courte introduction sur le Fort Mana et l’épée Mana. Un jeune garçon nommé Randy, traverse un tronc d’arbre qui sert de pont au-dessus d’une cascade avec ses amis Prim et Popoï, quand soudain, il fait une chute et tombe au fond du cours d’eau. Quand il se réveille, il trouve une épée mystérieuse plantée dans un rocher. Un fantôme lui demande de prendre l’épée. Arrivé dans son village, Potos, les habitants de son village sont attaqués par des terrifiants monstres, après qu’il a lui-même triomphé d’un monstre géant. Randy est tenu responsable de ces agressions pour avoir saisi l’épée. A cause de cet acte, il est chassé de Potos. Son aventure l’amène à rencontrer la gardienne du Palais d’eau. La dernière lui dit qu’il aurait à sceller les huit graines de Mana dispersées à travers le monde pour pouvoir combattre les plans de l’Empire et lutter contre la renaissance du Fort Mana.

Critique et avis sur le jeu Secret of Mana

snes-secret-of-manaLe titre propose un système de magie très bien travaillé, et des combats en temps réel captivants. Côté scénario cependant, on peut dire qu’il n’est pas exempt de clichés propres aux jeux de rôle japonais : on retrouve l’élu qui porte l’épée, la fille qui aime secrètement le héros, le personnage principal du jeu qui perd la mémoire. Sans oublier la place de la magie dans l’affermissement du pouvoir politique. Sinon on déplore aussi la traduction française qui est loin d’être satisfaisante. Mais tout cela n’empêche pas de vivre une expérience de jeu intéressante en solo ou en multi à l’écran. L’éditeur signe ici une patte graphique aux couleurs vives à l’inverse de Fantasy IV où l’univers est plutôt sombre. Ce qui lui donne un certain charme. En plus, la fluidité de l’animation est irréprochable. Côté bestiaire, on retrouve quelques nouveautés à part les classiques comme les chevaliers, les loups, les chauves-souris, les lapins… Le rôliste a droit à des nouveaux designs comme les tortues mécanisés, les canards vêtus de casques… Il en est de même pour les boss qui comprend en dehors des vampires et des dragons usuels par exemple le chevalier sur sa moto volante. Côté prise en mains du jeu, le Ring System permet de contourner la difficulté de lancement des quarantaines de magies, réparties en huit éléments. On dénombre également 8 armes dans le jeu, et chaque arme peut être façonnée jusqu’au niveau 8. Un point important et novateur pour ce Secret of Mana. Par contre, le contrôle de ses alliés s’avère agaçant. Ils se trouvent toujours bloqués derrière un objet. Sinon, la durée de vie de ce jeu ne dépasse pas une trentaine d’heures, ce qui n’est pas réellement un record comparé à d’autres RTG. Enfin, l’on ne peut que féliciter la bande-son léchée de ce jeu. Les thèmes musicaux sont tout simplement sublimes.

On est bien loin de ce jeu la, par contre.